LES 8 SYMPTÔMES D’UNE ENTREPRISE QUI N’EST PLUS CREATIVE
20 septembre 2017
YOU’D BETTER STOP (…before you break my heart. Ah non, pardon.)
22 décembre 2017

LE JOUR OU J’AI CHOISI DE NE PLUS TRAVAILLER…

always fair play

Saviez-vous que l’étymologie du mot « travail » vient du latin (Attention, tenez-vous bien !) : Tripalium, qui était un instrument de torture à 3 pieux (la joie donc !).
Donc « travailler » signifie « torturer avec le tripalium » (de mieux en mieux…).

Mais ce qui est rassurant, c’est qu’au XIIème siècle, ça a vachement évolué et le mot « travailleur » ne signifiait plus que « celui qui tourmente ! » (Aaaaaaahhhh, je vous vois tout de suite plus rassurés !)

Du coup, j’ai décidé de ne plus travailler. DU.TOUT ! Voilà !
Comment je gagne ma vie ? Et bien, en créant et en jouant…Tout à fait !
Dans la vie, je n’épluche pas de vulgaires pommes de terre, non ! Je crée un fabuleux gratin dauphinois. Donc, je ne fais pas d’administratif, et encore moins de factures. A la place, je préfère créer du pouvoir d’achat, de l’investissement, de la ressource et de l’emploi. Vous me direz c’est une question de sémantique ? Non, je vous assure que changer de paradigme vous met dans un état d’esprit complètement différent.

Alors ok, depuis la révolution industrielle, le travail est désormais synonyme de réussite sociale ce qui te donne le droit de consommer (Pour ma part, des chaussures, presque exclusivement). Et c’est un enjeu devenu vital, d’un point de vue social, entendons-nous bien ! Mais aller au travail, désengagé, juste pour gagner sa vie, n’est finalement plus synonyme de vital pour celui qui le fournit. C’est un conditionnement devenu naturel. Rester guidés par la fameuse image de l’ascension hiérarchique et sociale est excitant et grisant MAIS elle vous amène juste à ne plus créer et à vous éloigner de l’opérationnel, du terrain, de vos collaborateurs et de leurs vraies contraintes, de vos clients et de leurs vrais besoins. Alors « ascenseur social », oui ! mais si et seulement si vous restez créateur. Sinon, à quoi bon !

Donc la vraie question est : « Pourquoi la créativité est-elle nécessaire dans la vie ?» C’est vrai ? Pourquoi ne joue-t- on pas plus en tant qu’adulte ? Parce que vous n’avez pas le temps ? (MIIIIP !! Mauvaise réponse !)
Parce que ça ne sert à rien ? (MIIIIIP !!! Toujours pas !)
Parce que vous êtes trop vieux pour ça ? (Non mais sérieusement ?)
Je vais vous expliquer autre chose.

Si nous réintégrons le jeu au sein de l’entreprise, et si nous faisons un parallèle avec la pyramide de MASLOW, (Back to basics, y’a que ça de vrai !) considérons que la base est vitale, ok ! Celle-là même qui amène à ce fameux statut social parlé plus haut. Nous sommes donc engagés et intéressés, ne serait-ce que par gagner de l’argent pour se loger ou se nourrir (entre autres).
Mais passons à l’étage du dessus. Si le jeu réintègre la sphère professionnelle, nous passons de l’individuel au collectif. Et une société qui pense collectif, est une entreprise où l’on se sent forcément mieux. Nous devenons non seulement intéressés mais motivés ! De cette mobilisation collective, viendra enfin la force de votre entreprise car vous ne serez plus là pour satisfaire votre besoin de reconnaissance sociale personnelle, mais bien pour œuvrer à la bonne marche collective. Vous serez alors au dernier étage. Celui où vous serez non seulement intéressés, motivés mais surtout, reconnus et épanouis. Que nous le voulions ou non, nous ne sommes pas faits pour être seuls. Donc, si l’épanouissement est présent au sein de son entreprise, nous pouvons enfin parler de notion de liberté et en tant qu’individu, nous prenons notre valeur de ce collectif qui nous définit et dont nous faisons partie intégrante.
Voilà pourquoi vous devez, comme moi, définitivement arrêter de travailler et commencer enfin à jouer et à créer car il est primordial de garder cette âme créative et joueuse pour mieux apprendre, découvrir, réaliser et s’épanouir.

Mais pour redevenir un créateur, il faut se sentir libre de s’amuser et ne pas rester sous le joug de cette conviction éculée (Merci l’éducation !) qu’il faut souffrir pour être inscrit au tableau du mérite et avoir un salaire.
Vous avez peur de passer pour un original et utopique, un chouilla illuminé ?!
Certes ! Mais votre premier frein, c’est vous ! Il faut juste s’habituer.
Et si vous commenciez, sans risque, par tenter l’expérience en jouant avec votre enfant ou votre neveu ? Un jeu de rôle, de construction, une activité manuelle, ou simplement s’ennuyer avec eux et observer ce qui se passe.
Je vous lance un défi non un pari : Lâchez prise en jouant et vous allez apprendre !
Et dans quelques séances de jeux, vous reviendrez, un matin, au bureau en disant: « Hier en jouant aux « LEGO », j’ai eu une idée ! »
Vous serez devenu un ancien travailleur. Vous allez vous amuser. Vous allez créer.
Et vous choisirez de ne plus travailler. DU.TOUT.

Delphine Leteurtre Coloriste de Matière Grise

Interview & crédit texte Ampersand Storyteller