LES BRUNES NE COMPTENT PAS POUR DES PRUNES !
20 septembre 2017
LE JOUR OU J’AI CHOISI DE NE PLUS TRAVAILLER…
25 septembre 2017

LES 8 SYMPTÔMES D’UNE ENTREPRISE QUI N’EST PLUS CREATIVE

1- Embaucher des personnes intelligentes en ne leur laissant aucun pouvoir décisionnaire.
Très mauvaise idée voyons ! Vous avez su déceler tout le potentiel de cette recrue et l’appâter assez pour qu’elle accepte de signer dans votre entreprise. Mais pourquoi la brider alors ?
Parce qu’elle n’a pas d’expérience ou un manque de connaissance de votre société ? Ok ! Mais elle a des idées. Nouvelles et modernes peut-être. Les idées d’une personne qui a le recul nécessaire pour pouvoir faire avancer des projets qui stagnaient peut-être jusque-là ? Et l’œil de la personne externe aussi, de celle qui n’est pas vous.
Laissez-la s’exprimer et prendre en charge des actions car c’est pour cela que vous avez été la chercher. Il est important que vous ayez la volonté de laisser dire et laisser faire.

2- Passer la satisfaction client avant la satisfaction collaborateur
Alors non, je ne me suis pas trompée de sens. Mais clairement, il faut que vous arrêtiez de n’écouter QUE vos clients !
Evidemment qu’ils sont importants pour vous, je ne suis pas complètement crédule. Mais qui fait tourner correctement votre entreprise ? Ce sont ? Vos ? Collaborateurs ! Voilà… Soyez courageux et prenez le temps de changer de paradigme. Prenez soin d’eux, avant tout ! Ecoutez les. Vraiment. Ce qu’ils ont à dire peut être important. Car si vous êtes impliqué dans votre société, sachez qu’ils le sont sûrement tout autant. C’est aussi la leur après tout. Allez zou !

3- L’interprétation de la vision d’une entreprise
Vous avez fait un super travail dont vous êtes fiers et avez su définir la vision de votre entreprise en motivant vos collaborateurs. Sauf qu’un plan sans accroc ne marche vraiment qu’avec l’Agence tous risques, moyennement dans la vraie vie (et dans la fausse vie, je ne vous en parle même pas…).
Bref, finalement vos services internes ne retrouvent pas ce fameux document perdu aux tréfonds d’un serveur informatique et l’ont déjà mal interprété. Du coup, ils ne s’entendent pas et passent leur temps à penser que c’est l’autre qui n’a pas compris la vision définie. Leurs objectifs sont contraires et vous ne l’aviez pas anticipé. Attention donc, a bien déterminer les besoins et objectifs de tout le monde avant d’entamer une démarche créative pour la spécification des buts à atteindre. Car déterminer votre vision est un des actes de management les plus importants de votre entreprise, c’est au dirigeant de l’animer en continu et d’ assurer de sa mise en oeuvre.

4- Confondre culture d’entreprise et histoire de l’entreprise
Histoire d’entreprise et culture ne sont pas la même chose : l’histoire inscrit sur une timeline, les grands évènements marquants d’une entreprise. Vous ne seriez pas un peu réfractaire au changement, vous ? Une culture d’entreprise se doit
d’évoluer. Elle est composée de valeurs, de connaissances et de la diversité des personnes qui sont passées dans l’entreprise, et qui vont en faire son essence même. Les confondre est donc très sclérosant et enfermant. Faites le parallèle entre votre entreprise et le pays de votre choix: son histoire et sa culture n’ont juste rien à voir. Exercez-vous et vous verrez!

5- Avoir plein d’idées mais ne jamais les réaliser
Avoir plein d’idées « dans les tiroirs » n’est pas donné à tout le monde. Vous êtes assis sur une mine d’or ! Ne pas avoir le temps ou les moyens de les réaliser et c’est le déclin et la frustration assuré. Prenez le temps pour faire le tri. N’ayez pas peur et passez plus de temps à faire la liste des opportunités que des risques encourus. Choisissez-en une ou deux et démarquez-vous. Avoir l’envie de réussir est un premier pas dans la bonne direction. Ayez des projets ! Vraiment ! C’est votre moteur.

6- Epuiser ses collaborateurs
On ne parle pas de les épuiser physiquement (quoique). Mais quand un collaborateur a une idée intéressante et profitable à votre entreprise, pourquoi lui demander de démontrer encore, et encore (et encore !) à tous les étages hiérarchiques, la preuve que son concept fonctionne ? Une réunion avec tout le monde et on en parle plus !
Vous allez juste gagner l’épuisement de votre valeureux collaborateur qui aura passé plus de temps à convaincre qu’à réaliser. Et le temps passé à démontrer sera du temps donné à vos concurrents pour vous dépasser. Je dis ça, je dis rien…
Travaillez votre « intrapreunariat », c’est-à-dire que vous devriez laisser les gens entreprendre en interne sans avoir à valider mille fois les choses.

7- Définir d’un cas particulier, un processus que l’on veut généraliser
Alors non, c’est assez moyennement efficient de construire un processus général basé sur une situation particulière.
Pourquoi ? Mais tout simplement parce que pour que cette situation se reproduise, il faut que les conditions initiales soient les mêmes ! Vous avez séché vos cours de biologie et de chimie vous, non ? Si vous pensez qu’en uniformisant et aseptisant tous vos processus, vous ne ferez plus aucune erreur, c’est se mettre le doigt profond dans…l’œil. Vous ne ferez en fait que créer des dogmes sans fondements que vos collaborateurs suivront sans réfléchir. Ils se scléroseront dans l’attentisme d’un nouveau processus fait par d’autres et se déresponsabiliseront si un process ne marche pas. Bref, on est limite du remake de « 1984 » de Georges Orwell. Ok, je suis peut-être un peu extrémiste, mais passer de zéro process à la panoplie complète, ce n’est pas bon. Croyez-moi ! Passez plutôt du temps pour écouter vos collaborateurs. Laissez-les témoigner de leur vécu, de leurs succès et de leur échec (sans forcément en faire un processus) afin que cette expérience soit profitable à tous ! Remettre du temps humain au temps mécanique, c’est tout de même plus inspirant, non ?

8- Etre leader et se justifier par le fait d’avoir été les 1ers sur le marché
Être le premier à se placer sur un marché ne doit pas être votre argument clé pour justifier votre place de leader. Tout simplement, parce qu’à se complaire dans cette place sans innover, vos concurrents, eux, ont déjà pris le TGV en marche pour amenuiser vos points de différenciation et essayer de vous détrôner à tout prix. Quand on ne pense pas être leader, on pense à innover sans cesse.
Alors même si votre entreprise emploie X collaborateurs et génère X chiffre d’affaires, pensez toujours à être petit et agile car sinon, c’est le syndrome de la grenouille qui cuit sans s’en apercevoir qui vous attend. Bleu, saignant ou à
point ?

Vous pensez être atteint d’un de ces 8 symptômes, échangeons ensemble…

Delphine Leteurtre Coloriste de Matière Grise

Interview & crédit texte Ampersand Storyteller